Le fumoir d’Anatole, suite 3…

Je poursuis toujours la construction de mon fumoir artisanal, pour le moment c’est le bruleur qui prend un peu de temps, comme vous l’avez vu dernièrement j’ai fabriqué une porte et j’avais fait une seule lumière pour l’alimentation en air pour la combustion du bois ou de la sciure, j’en ai ajouté une deuxième qui reste ouverte en permanence (à voir lors des prochains essais).

J’ai remarqué que mon bruleur manquait de stabilité alors je lui ai greffé deux pattes supplémentaires, cela augmente un peu la hauteur de la sortie de cheminée et surtout il risque moins de faire la culbute durant la chauffe.

Je ne vous avais pas mis la photo du raccord de tuyau que j’ai bricolé avec une boite de conserve et deux rivets pops.

J’ai fabriqué une grille de sole ou grille foyère qui permet une meilleur combustion grâce l’appel d’air, puis une élimination rapide des cendres par les percées que j’ai fait.

Pour le raccord du tuyau flexible et le tonneau, j’ai procédé à une petite consolidation puisque j’ai taillé les planches du fond, le flexible est bloqué à l’intérieur par une tige traversante.

Voila où j’en suis à la fin du mois de mars, je vais penser à mettre à l’abri quelques morceaux de poirier pour les prochaines fumaisons durant l’automne, mais en attendant il faudra que je fasse quelques tests. J’ai fait un premier essai qui m’a permis de faire de la fumée pendant presque 4 heures avec juste quelques morceaux de châtaignier et c’était avant les améliorations dont je viens de parler.

Publicité