La petite boulangerie du bout du monde.

Et si partager une simple miche de pain transformait profondément les rapports humains ?

Quand son mariage et son entreprise familiale font naufrage, Polly Waterford quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Elle s’installe seule dans un minuscule appartement situé au-dessus d’une boutique laissée à l’abandon. Pour se remonter le moral, elle se consacre à son plaisir favori : fabriquer du pain. Alors qu’il n’y a plus dans le village qu’une boulangère irascible au pain sans saveur, les arômes de levain qui s’échappent de chez elle attirent très vite la curiosité et la sympathie des habitants. Petit à petit, d’échanges de services en petits bonheurs partagés, elle ravive l’esprit d’entraide et de partage dans le village.

Au fil des rencontres farfelues (un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands) et au gré des événements heureux ou tragiques qui touchent la communauté, ce qui ne devait être qu’un simple  « break » devient l’entreprise de sa vie.

Polly se révèle enfin à elle-même : une femme déterminée et créative, prête à mordre dans la vie comme dans une mie de pain chaude et croustillante.

la-petite-boulangerie-du-bout-du-monde

Un bon petit roman qui, sur fond de crise économique prône des valeurs de partage et d’entraide. Un ton bienveillant et drôle, pour une histoire romantique avec quelques accents mélancoliques qui ne tombe jamais dans la mièvrerie.

Je suis toujours attentif à la page de couverture et si je ne suis pas inspiré je passe mon tour même si le roman est de bonne qualité. Avec le macareux sur l’épaule je me suis dit que quelqu’un qui aimait les animaux devait aussi aimer les humains.

On passe un bon moment sur cette petite îles des Cornouailles et partager c’est une bonne chose mais il ne faut pas que ce soit toujours dans un sens 🙂

Publicités

Petite tarte aux framboises

Petite recette de ma tarte aux framboises, faire une pâte sablée.

200 gr de farine
100 gr de beurre
1 pincée de sel
1 c/S de sucre et 1 jaune d’œuf.
Un peu d’eau.

Faites cuire à blanc durant 25 minutes, mais vérifiez toutefois la cuisson.

Pendant le temps de cuisson, faites la crème pâtissière.

1/2 litre de lait que vous mettez à chauffer
Dans un saladier, deux jaunes d’œufs, 50 gr de farine, 70 gr de sucre, deux sachets de sucre vanillé que vous faites blanchir.

Quand le lait est chaud vous le versez dans le saladier, vous fouettez bien.

fouet-avec-lanieres-noir-femme-fb957_1_zc1

Mais pas avec cela !

Et vous remettez à cuire jusqu’aux premiers bouillons, il faut que votre crème soit d’une bonne consistance.

Versez dans votre fond de tarte et placez les framboises pour couvrir toute la surface.

Mettez au frais jusqu’au moment de servir.

Un petit dessert vite fait qui régalera vos convives, je me suis fait cela pour ma fête des pères.

 

Jour de Fête

Aujourd’hui, découverte du petit village de Sainte Sévère sur Indre, chef-lieu de canton regroupant dix communes, Sainte-Sévère est située aux confins du Berry et de la Marche, dans la région naturelle du Boischaut Sud, à une quinzaine de kilomètres de la source de l’Indre.

Selon la tradition, l’origine de la bourgade remonte au 7ème siècle lorsqu’un monastère de femmes fut fondé par la jeune Sévère, abbesse venue de Trèves (Allemagne). S’il ne subsiste aucun vestige de la fondation religieuse, les reliques de celle qui a légué son nom au village sont toujours honorées chaque année le jeudi de l’Ascension et le dimanche suivant.

Le donjon à demi écroulé dont la haute silhouette domine le bourg fut érigé au 13ème siècle : il témoigne encore aujourd’hui de l’importance de la châtellenie d’alors. Prise par les Anglais au cours de la guerre de Cent Ans, la ville fut libérée en 1372 par Du Guesclin.

Groupés sur la Place du Marché, trois monuments sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques : la porte, la croix et la halle.

Sources: ICI

Vous remarquerez que je n’ai mis que des photographies en noir et blanc histoire de rester dans le style de Jacques Tati puisque ce village est surtout célèbre pour avoir servi de décors à « Jour de Fête »,  un film en noir et blanc tourné avec deux caméras en 1949.

Vous pouvez voir la bande annonce de la version restaurée de 2014.

La dernière photographie vous montre la Chapelle de l’ancienne école Sainte-Anne : Ancienne chapelle d’un établissement scolaire, édifiée dans le prolongement du bâtiment principal aujourd’hui aménagé en résidence H.L.M.

Complètement, cramé!

Arrivé à un âge où presque tous ceux qu’il aimait sont loin ou disparus, Andrew Blake n’a même plus le cœur à orchestrer ses blagues légendaires avec son vieux complice, Richard. Sur un coup de tête, il décide de quitter la direction de sa petite entreprise anglaise pour se faire engager comme majordome en France, pays où il avait rencontré sa femme. Là-bas, personne ne sait qui il est vraiment, et cela lui va très bien. Mais en débarquant au domaine de Beauvillier, rien ne se passe comme prévu… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps; Odile, la cuisinière et son caractère aussi explosif que ses petits secrets; Manon, jeune femme de ménage perdue; Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, et même l’impressionnant Méphisto, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui croyait sa vie derrière lui va être obligé de tout recommencer…

51a3knhvyhl-_sx210_

Ici, encore une fois, je n’ai pas été déçu car il s’agit encore une fois d’une écriture légère, complètement déjantée par moments mais qui nous permet de rêver un peu et de croire que des gens bons, dépourvus de tout intérêt, existent encore. C’est le cas ici d’Andrew Blake, un homme à la tête d’une grande entreprise et qui n’est pas dépourvu d’argent, décide un beau matin de tout plaquer, son boulot, son Angleterre natale afin de se reconvertir en simple majordome dans un manoir en France.

Ce n’est pas le premier livre de Gilles Legardinier que j’ai entre les mains et à chaque fois c’est différent, mais il y a toujours une petite pointe d’humour même quand c’est sérieux. Jusqu’à maintenant j’ai toujours passé un bon moment avec cet auteur alors pourquoi pas vous ?

 

L’orme champêtre, le défi !!!

 

L’orme, reconnaissable à ses feuilles dissymétriques, fournit un bois d’œuvre comparable à celui du chêne. Très répandu le long des chemins et sur les places de village, il a malheureusement quasiment disparu, décimé par la maladie de la graphiose.

Je m’étais mis au défi de photographier un orme avant qu’ils ne soient tous disparus, les conditions pour réaliser cet exploit:

Prendre mon vélo.

Mon appareil photo.

Ne pas parcourir plus de 6km aller/retour.

La première destination s’est révélé un mauvais plan puisque l’arbre auquel je pensais était un charme.

charme5charme6charme10

J’ai déjà parcouru 1,4km pour l’aller.

Deuxième destination, le petit village d’à coté où j’ai entendu dire qu’il y avait encore quelques ormes, la rivière sépare les deux communes.

orme-charmes.png

En bleu le chemin vers les charmes et en vert celui vers les ormes.

orme8

orme10orme12orme13orme14

2,8km pour le premier voyage et 1,7km pour le deuxième, je suis donc dans les clous avec 4,5km.

 

Le château de Sarzay.

Je ne vais pas vous raconter l’histoire du château de Sarzay mais juste les grandes lignes.

La forteresse de Sarzay fût bâtie vers le milieu du XIVème siècle par le Seigneur Matthieu de Barbançois. Imposante de force! elle comprenait à l’origine outre le logis seigneurial et la chapelle, trente huit tours de défense, deux murs d’enceinte abritant cinq hectares, trois ponts-levis, une poterne et de nombreux dispositifs militaires. Sortie intacte de la guerre de cent ans, des guerres de religion, de la fronde, de la révolution et du temps qui passe, elle est aujourd’hui l’un des monuments les plus photographiés.

Si vous voulez en savoir plus sur ce monument, il suffit de vous rendre sur le site du château de Sarzay.

Mon objectif aujourd’hui c’est de vous faire découvrir en images ce patrimoine historique qui survécu à tant de siècles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parmi ces quelques photographies vous aurez sans doute remarqué le garde-manger surmonté d’une grille pour empêcher les rongeurs de venir se servir. Ce garde-manger fait environ 7 mètres de profondeur et situé sans doute dans la pièce qui devait être la cuisine à une certaine époque.

Les tours possèdent de belles charpentes qui sont habitées par les pigeons.

sarzay-indre55

Et l’on a une belle vue sur la campagne environnante.

sarzay-indre60sarzay-indre63

 

 

Le coucou…

Je vous l’avais dit dans le parc de Chaumont sur Loire on peut faire de belles rencontres, entre les insectes, les fleurs, les grenouilles qui s’en donnent à cœur joie, les moineaux qui se posent à vos pieds pour ramasser les miettes de votre goûter, le merle qui vous nargue,…

Et puis il y a cette rencontre avec ce jeune coucou, pas effrayé pour un sou.

chaumont-sur-loire64chaumont-sur-loire63

Le coucou gris ne construit pas de nid, mais la femelle dépose ses œufs dans les nids des autres espèces.
Quand le jeune coucou naît, au bout de 11 à 13 jours d’incubation, il éjecte les autres œufs et les poussins hors du nid, afin d’être nourri au mieux par ses parents adoptifs. Il grandit très souvent plus vite que ses hôtes. Au bout de 17 à 21 jours, il quitte le nid et s’envolera vers le sud pour l’hiver, un ou deux mois plus tard que ses vrais parents.

On l’entend souvent le coucou, sans jamais le voir alors là c’est une belle rencontre.

 

Le Château de Montpoupon.

Puisque nous étions dans la cuisine du château, pourquoi ne pas poursuivre la visite.

Place forte du Moyen-Âge construite sous Charlemagne, Montpoupon a été transformé au XVIe siècle en château Renaissance par Aymar de Prie, Grand Maître des Arbalétriers de François 1er. De la chambre du Roi à celle du Maréchal, de la salle à manger aux cuisines du château, en passant par les appartements privés plus récents de la famille la Motte Saint-Pierre et la découverte du Musée de la Vénerie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Amateurs de vieilles pierres et du patrimoine, c’est un monument qui mérite une petite visite, la cuisine tout juste restaurée vous surprendra avec ses 150 pièces de cuivre. Le musée du Veneur regroupe 25 salles dédiées à l’art, la chasse à courre et le cheval, passions des propriétaires.

Montpoupon est situé à une vingtaine de kilomètres de Loches.

La hoplie bleue et abeille charpentière.

Hoplia coerulea ou Hoplia caerulea, la hoplie bleue, est un insecte coléoptère de la famille des scarabéidés.

Le mâle est remarquable par sa couleur bleu métallique, la femelle plus discrète, est de couleur brunâtre.

C’est un insecte assez commun en été au bord des cours d’eau en France, notamment en bord de Loire.

chaumont-sur-loire127chaumont-sur-loire128

Ce scarabée bleu se place en haut des tiges ou des fleurs, et là, il soulève ses pattes arrières afin de libérer des molécules volatiles de phéromones qui attirent à lui les femelles… mais comme nous n’avons pas vu les demoiselles nous n’avons pas pu vérifier.

Cet insecte a été pris en photo dans le parc du château de Chaumont sur Loire le dernier jour du mois de mai 2018.

chaumont-sur-loire49

Ici une belle abeille charpentière ou Xylocope,  c’est un genre d’insectes hyménoptères de la famille des apidés (les abeilles vraies). On les appelle abeilles charpentières car elles creusent leur nid dans le bois, vivent en solitaire et non pas en colonie.

Moins de trente mètres séparent ces photographies.

Si vous avez l’occasion de venir dans la région il ne faut pas oublier de visiter ce parc, vous y ferez sans doute de belles rencontres.

http://www.domaine-chaumont.fr/

http://www.loire-et-biodiversite.com