Direction Saint Cado.

Nous sommes partis à Saint Cado, en chemin nous avons pris quelques photos de dolmens

sur la route de st cado4

et nous nous sommes aventurés sur la petite île de St Cado. Golfe marin alimenté par plusieurs cours d’eau, la ria d’Etel forme avec le pittoresque îlot Saint-Cado un des plus beaux sites de la région. Entre Lorient et Vannes, parcs ostréicoles, presqu’îles et marais offrent, dans cette mer intérieure de 22 km2 une carte postale d’une beauté insolite.

saint-Cado7bis

Ce petit îlot possède une légende :

La légende veut que le pont reliant Saint-Cado à la terre ferme soit l’œuvre du diable. Celui-ci aurait exigé l’âme de la première créature qui le franchirait. On raconte que Saint-Cado, rusé, y lâcha un chat !

Sur le retour, passage devant les Géants de Kerzerho, l’ensemble abrite plusieurs centaines de menhirs sur près de 2 kilomètres avec une disposition assez similaire aux alignements de Carnac, une dizaine de files de menhirs, dont le départ à l’extrémité occidentale pouvait être formé par une enceinte mégalithique.

Sur ce site vous trouverez moins de monde, moins de clôtures et vous pourrez poser toutes les questions que vous voulez aux pierres.

Publicités

Pointe de Penboch à Arradon.

La pointe d’Arradon est une presqu’île d’environ 700 mètres de long sur 200 mètres dans sa partie la plus large qui offre une vue panoramique sur le golfe du Morbihan, une mer intérieure d’une largeur de 20 kilomètres parsemée de nombreuses îles et îlots.

Ici nous sommes à la Pointe de Penboch, un petit coin sympa, déserté par les touristes durant ce mois d’Octobre. Le soleil était encore au rendez-vous et nous avons pu faire quelques clichés.

Situé à quelques kilomètres de Vannes, abrité au fond du Golfe du Morbihan, Arradon est une ville située entre terre et mer. Sur un territoire de 1849 ha, le paysage est riche et varié : bois, campagne, côte maritime avec 15 km de littoral. Trois îles sont également rattachées à la commune. Plusieurs explications sont avancées pour expliquer l’étymologie du nom Arradon. Il remonterait probablement à l’époque de la Gaule indépendante et viendrait du celtique aradunum , « la colline d’Ara ».
Arradon se compose de ar (ou er ) et de raden signifiant la fougère ou la fougeraie. Cette origine est justifiée par l’immense quantité de landes ou de fougères présente sur la commune autrefois.
Décomposition du nom Arradon :
ar = article
ra = passe ou passage
don = profond
Arradon = la passe profonde

Cette définition est justifiée par la présence de l’une des plus profondes passes du Golfe de Morbihan entre Arradon et l’Ile-aux-Moines (14 mètres de profondeur).

Sources: ICI.

La vie secrète des arbres.

Aujourd’hui, pas d’enquête et ni de mort suspecte, juste une petit balade en forêt, après la lecture de ce livre vous ne verrez plus les arbres de la même façon.

Que savons-nous des arbres ? Les citadins regardent les arbres comme des  » robots biologiques  » conçus pour produire de l’oxygène et de bois. Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et à mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d’un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignon appelé ironiquement « Bois Wide Web ». Pour des raisons inconnues, ils gardent les anciennes souches de compagnons abattus vivants depuis des siècles en les nourrissant avec une solution de sucre par leurs racines. Une merveille de pédagogie pour tous les publics « Le langage scientifique supprime l’émotion, et les gens ne comprennent plus rien. J’utilise un langage humain. Quand j’écris que  » les arbres allaitent leurs enfants, tout le monde sait tout de suite ce que je veux dire  » », explique l’auteur. La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l’ouvrage éveille chez les lecteurs une curiosité enfantine pour les rouages secrets de la nature. Après avoir étudié les arbres à l’université, Peter Wohlleben a commencé à travailler pour l’administration forestière d’Etat. En tant que jeune forestier, il était responsable d’un bois de 3,000 hectares à une heure de Cologne. Il a abattu des arbres centenaires et pulvérisé des hectares avec des insecticides. Mais il ne se sentait pas bien. Wohlleben a commencé à étudier des approches alternatives à l’exploitation forestière intensive, Après une décennie de lutte, il a introduit des chevaux, éliminé les insecticides et a commencé à expérimenter une autre manière d’exploiter la forêt en laissant pousser les bois de manière sauvage. En deux ans, la forêt est devenue rentable, notamment grâce à l’élimination des machines et des produits chimiques coûteux.

Amoureux de la nature vous serez aux anges en parcourant ce livre et vous aimerez encore plus les arbres.

La route des crêtes…

Direction le col de la Schlucht qui est l’un des principaux cols du massif des Vosges, situé entre les communes du Valtin (Vosges) et de Stosswihr (Haut-Rhin), assurant les liaisons entre ces deux départements. La route des Crêtes fut créée pendant la Première Guerre mondiale dans un but stratégique afin d’assurer la logistique et la défense sur le front des Vosges. La route des Crêtes des Vosges est longue de 88 kilomètres entre Sainte-Marie-aux-Mines au nord et Uffholtz au sud à proximité de Cernay. Elle passe du nord au sud par le col du Bonhomme, le col de la Schlucht, le massif du Hohneck, le Markstein, le Grand Ballon et le Vieil Armand. Son point le plus élevé est à 1 343 m au passage du Grand Ballon. En hiver, elle est fermée au nord entre le col de la Schlucht et le col du Calvaire pour faire place aux pistes de ski de fond, et entre le col du Bonhomme et le col des Bagenelles et au sud entre le Grand Ballon et les pistes de ski de La Bresse-Kastelberg.


Retour par Munster, une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Voila je pense que nous finirons cette petite balade dans les Vosges avec ces dernières photographies.

 

La cascade du Bouchot.

 

cascade du bouchot.png

Petite promenade au saut du Bouchot, serpentant au cœur de la vallée de Rochesson, le Bouchot plonge à Sapois en une cascade de 28 mètres dans un cirque de toute beauté. Il viendra ensuite gonfler les eaux de la Moselotte à Vagney.
Le Saut du Bouchot est indiqué sur la gauche et se situe à 50 m en contrebas du parking. Descendre par les escaliers et le sentier facile jusqu’au pont de bois. il est possible d’emprunter sur votre gauche un sentier caillouteux balisé rond rouge et croix rouge. Il longe la rivière dans le sens du courant jusqu’à la petite cascade située à 500 m. Revenez ensuite sur vos pas.

Petite promenade sympa, même après les dernières pluies le sentier reste praticable.

Tourte à la viande

Pâte brisée
200 gr d’échine de porc
200 gr de veau
un oignon
bouquet d’herbes, ciboulette, persil, ..
une branche de thym
une feuille de laurier
clou de girofle
1/2 cuil à café de 4 épices
10 cl de vin blanc
cognac ou pas
un jaune d’œuf

La veille, coupez les viandes en petits dés et faites les mariner 12 h avec le vin, l’alcool, les quatre-épices, le thym, le laurier, le clou de girofle et une bonne dose de poivre, remuez plusieurs fois.

IMGP9815Le lendemain, divisez la pâte en  deux parts (2/3, 1/3), étalez  la part la plus grosse puis garnissez-en un moule en faisant déborder pour pouvoir la rabattre sur le couvercle.

IMGP9817

Répartissez la viande après avoir éliminé le laurier, le thym, et le clou de girofle et la marinade, ajoutez les oignons, les herbes hachés, salez et préchauffez le four à 190°C.

Étalez le reste de la pâte et posez-le en guise de couvercle, rabattez dessus la pâte du dessous. Dorez au jaune d’œuf et découpez une cheminée au centre et enfournez à mi-hauteur et faites cuire 1h.

IMGP9820

Il me restait un peu de pâte et j’ai fait deux petites tartes aux myrtilles.

 

Meurtre trois étoiles.

On peut lire en quatrième de couverture le résumé:

Qui en veut à Eugénie Brazier, la célèbre cuisinière lyonnaise qui, en cette année 1933, vient d’obtenir deux fois trois étoiles pour chacun de ses restaurants ? Malheureux hasards, plaisanteries de mauvais goût ? On peut le penser jusqu’à la mort d’un cuisinier et la tentative d’empoisonnement d’Édouard Herriot, le maire de Lyon. Bien malgré lui, Adrien Savoisy va mener l’enquête. Rongé par l’inquiétude pour sa compagne Rebecca, retenue dans une prison du nouveau chancelier d’Allemagne, Adolf Hitler, il n’a guère la tête à la bonne chère.

Entraîné par une jeune cuisinière issue de la communauté arménienne de Lyon et un célèbre criminologue, gastronome averti, il va, malgré tout, se lancer aux trousses du coupable.

Volaille demi-deuil, poulet à la crème aux morilles, filet de charolais Rossini, langouste belle aurore et autres quenelles au gratin vont être au coeur de leurs investigations dans la « capitale de la gastronomie ».

meurtre-trois-etoiles

Voila un petit commentaire qui regroupe bien ce que j’ai ressenti à la lecture de ce roman.

Le style de l’auteur est simple sans fioriture. Ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas précis. Bien au contraire, le vocabulaire est choisi avec soin. Ce livre est très accessible à tous les lecteurs de policier. Pas besoin d’être un grand cuisinier d’un restaurant trois étoiles pour déchiffrer Meurtres trois étoiles.
J’ai apprécié de découvrir les personnages, notamment, Eugénie Brazier grande chef cuisinier française. Je ne la connaissais pas. Ainsi, j’ai pris le temps à la fin de ma lecture pour aller vérifier un peu son histoire, connaître son histoire un peu plus. Ce fut un vrai plaisir. Je n’hésiterais pas à lire d’autres livres mêlant personnage historique et fiction. Je dois avouer que si j’aime manger, et cuisiner, je ne connais, malgré tout, pas l’histoire de la cuisine française. Ce livre m’a permis d’en découvrir un peu plus. Adrien Savoisy est un personnage principal que j’ai pris plaisir à suivre. Pourtant, tout dans son histoire a le don de m’agacer, jeune, riche, pas besoin de travailler. Bref, agaçant à souhait. Finalement, j’ai réussi à le suivre et à être émue par celui-ci.
Le petit plus du livre : le recueil de recettes à la fin du livre pour le plus grand plaisir de mes papilles. Je ne manquerai pas d’en tester quelques unes dès que je le pourrais !

Sa critique du livre c’est ici.

J’ai passé un bon moment avec ce roman de Michèle Barrière, si vous avez l’occasion de mettre la main sur ce livre ne vous en privez pas.

La cascade de Battion.

Le village de Rochesson s’étire au creux de la vallée encaissée du Bouchot.
En amont, celle-ci permet de rejoindre La Bresse via le col de Grosse Pierre (954 m) et Gérardmer via le col du Haut de la Côte (799 m) en aval, elle se dirige vers Vagney par un passage plus étroit correspondant à la moraine de l’ancien glacier.
Une grande partie du territoire est occupée par la forêt domaniale de Noire Goutte.
De nombreux ruisseaux s’échappent de cet ample massif forestier, renforçant parfois brutalement le débit du Bouchot.
La cascade de Battion est une chute d’eau du massif des Vosges située sur la commune. Elle est constituée de plusieurs petites chutes successives.
Cette cascade est située sur le versant nord du massif de Noire Goutte. Le Battion est une des nombreuses « gouttes » qui sillonnent le territoire de la Communauté de Communes.

Elle alimente les eaux du Bouchot lors de sa traversée de Rochesson.
Au niveau de la confluence du Battion avec le Bouchot, une retenue d’eau ainsi qu’un canal de dérivation rappellent l’importance de la force hydraulique.
Autrefois, chaque cours d’eau de la montagne vosgienne produisait de l’énergie grâce à des roues à aubes.
Cette énergie alimentait les moulins pour produire des denrées alimentaires, farines, huiles et fécules, …

cascade-battion

 

L’anémone du Hohneck.

L’anémone du Hohneck est une grande fleur blanche, caractéristique des crêtes Vosgiennes on dit aussi qu’elle est endémique des Vosges, car elle ne pousse que là, on ne la trouve nulle part ailleurs. On trouve dans les Alpes une autre grande anémone blanche qui lui ressemble .La plante est couverte d’un duvet de poils, c’est pourquoi on l’appelle aussi pulsatile.

route-des-crêtes5

Le Hohneck, troisième sommet du massif des Vosges avec 1 363 mètres d’altitude, domine la ligne de crêtes qui sépare l’Alsace de la Lorraine. Il constitue le point culminant du département des Vosges. En contrebas du sommet est aménagée la station de ski de La Bresse Hohneck.

route-des-crêtes37

L’anémone défleurie.

route-des-crêtes38

L’anémone en fleur.