ma vie avec les arbres.

Une table, une chaise, une étagère venue de l’autre côté de la planète ou encore du bois de chauffage : dans nos sociétés toujours plus urbaines, nous sommes confrontés à l’arbre d’abord en tant qu’objet.
Déconnectés de la nature, nous avons tendance à oublier qu’il s’agit avant tout d’un être vivant : un être complexe, sensible et fragile, dont il faut prendre soin.

C’est tout le sens du métier de Karine Marsilly, arboriste, élagueuse-grimpeuse ou encore « généraliste de l’arbre ». Telle une doctoresse, entre diagnostic, traitement et remise en forme, son regard singulier examine chaque arbre dans sa globalité, de la cime de son feuillage à ses racines profondes sans oublier ses relations avec l’environnement. En appelant à considérer l’arbre comme un patient, comme un être sensible, elle nous invite à redéfinir notre rapport au vivant.

L’une des premières femmes en France à avoir exercé cette profession, elle nous fait partager dans cet ouvrage son amour des arbres et la nécessité de les protéger.

Le récit d’une vie au service des fragiles et paisibles géants qui nous entourent, accompagné de conseils pour prendre soin des pensionnaires de son jardin.

ma vie avec les arbres

Vous aimez les arbres, les femmes arboriste-grimpeuse, élagueuse alors ce petit carnet vous plaira.

Publicité

14 réflexions sur “ma vie avec les arbres.

    1. Il y a parfois des choix qui s’imposent pour la sécurité, cette année je vais devoir traiter un hêtre parce qu’il devient trop imposant et je ne peux pas le déplacer.
      A pluche.

      J’aime

  1. Lorsqu’on est jeune et qu’on s’installe dans une nouvelle maison, on plante souvent de jeunes arbres, en se disant qu’on ne les verra jamais devenir bien gros. Erreur! C’est ce qui m’est arrivé avec un Noyer d’Amérique. J’ai planté une noix (enfin, plusieurs, et ai sélectionné ensuite) en 1986, qui a produit un jeune plant, lequel a vite grandi. Puis j’ai installé une serre, sans penser qu’un jour le noyer lui ferait de l’ombre, ce qui est arrivé assez vite.

    En 2015, il faisait plus de 30 cms de diamètre et je l’ai coupé, mais j’ai eu la brillante idée de le faire scier en planches. Aujourd’hui, son magnifique bois sert d’habillage dans notre nouvelle maison.

    Le hêtre grandit vite, et il lui faut de la place. C’est un très bel arbre, et je ne suis pas sûr qu’il supporte un élagage sévère…

    J’aime

  2. Et dire qu’elle exerce à coté de chez moi, j’ai eu l’occasion de voir des tailles d’arbres qu’elle a réalisé et c’est bien équilibré et ça semble plaire à l’arbre….

    J’aime

  3. Les arbres ? Rien à dire… Dans le champ d’en face, ils ont coupé mes deux chênes auxquels je pensais pour ma pendaison… et ils y mettent des panneaux photovoltaïques…
    Très bonne journée à toi

    J’aime

Les commentaires sont fermés.