Gelée de Nèfles…

L’année passé je vous avais parlé des nèfles que j’avais récoltées lors d’une balade. J’en ai bien mangé quelques une mais pour ceux qui connaissent il y a quand même des noyaux qui sont désagréables quand on les mange cru.

Alors lorsque je les ai cueilli c’était dans le but d’en faire de la gelée, je les ai donc mis à la cave pour les laisser s’affiner et entre temps nous avons eu un don de quelques fruits supplémentaires mais qui sont une variété cultivée et d’un plus gros calibre.

Le temps de s’occuper des fruits était donc arrivé et je me suis attelé à la cuisson. Après avoir faire cuire dans une grande marmite les fruits (nèfles, pommes) recouvert d’eau j’ai pu filtrer le jus et récupérer un litre et demi. Pour agrémenter cette gelée j’ai ajouté un bâton de cannelle et une grosse cuillère de gingembre.

J’ai ajouté un peu plus d’un kilogramme de sucre et j’ai faire cuire un certain temps, ce qui m’a permis de remplir quatre pots et un gros bol pour mettre sur les tartines du petit déjeuner.

C’est la cannelle qui donne cette couleur un peu foncé, c’est pas mauvais, par contre faut passer au moulin à légumes et cela fait beaucoup de vaisselle, je ne ferais pas cela tous les jours.

Confiture de cynorrhodon…

L’autre jour j’avais rapporté des cynorrhodons pour les faire sécher afin de m’en servir pour les infusions hivernale mais cette fois j’y suis retourné pour faire de la confiture.

La récolte a été plus délicate et je suis rentré avec les mains en sang, faut pas oublier de prendre une bonne paire de gants quand on cueille les fruits de l’églantier.

Je suis donc revenu avec mon petit sac rempli de fruits, j’ai retiré toutes les petites branches et j’ai lavé la récolte, il me restait deux petits coings et des pommes du jardin que j’ai ajouté.

J’ai couvert d’eau dans une bassine et fait cuire une bonne vingtaine de minutes jusqu’à ce que les fruits soient mous. Après un petit passage dans le moulin à légume d’un autre temps j’ai réussi à récupérer 750 grammes de pulpe.

La pulpe a rejoint un peu moins de 500 grammes de sucre et voila le résultat un fois cuit.

Cette confiture est fruitée avec la consistance d’une crème de marron.

Même si la récolte, la cuisson et la vaisselle donnent du travail cela vaut le coût de le faire.

Le super concours d’Anatole, le résultat.

Comme promis voila le résultat du concours, pour gagner il fallait trouver à quoi pouvait servir le dernier projet de bricolage d’Anatole, c’est encore une idée écologique et une façon de trouver un peu d’autonomie s’il fallait un jour rejoindre les survivalistes, pour seulement ne pas mourir de faim et de soif.

Mon dernier projet se compose de deux systèmes qui une fois ensemble se transforment en un pressoir à pommes, le premier étant indispensable pour pouvoir utiliser le second.

La réponse était donc « un fouloir et son pressoir », on ne peut pas dire qu’il y a un vainqueur, mais félicitation à tous les participants.

Pour broyer les pommes j’ai utilisé une technique employée au Pays Basque en l’adaptant aux matériaux à disposition, une poubelle qui va me servir de bac pour le broyage et un morceau de chêne qui sert de pilon.

Aux pays Basque ils broient les pommes dans une auge en bois.

Pommes coupées en quatre, cela permet quand même d’enlever les indésirables.
Après quelques minutes, on arrive à une grossière purée.

C’est la condition pour utiliser un pressoir à vis de fabrication artisanale, avec une presse hydraulique de 10 tonnes c’est peut-être moins indispensable.

Un fois que la pulpe de pommes est prête, je l’ai mis dans le pressoir fait maison, j’ai du acheter une grosse tige filetée de diamètre 16 mm, avec boulons et rondelles (j’en ai eu pour 12,65€).

Le pressoir.

L’étanchéité est à revoir, j’ai perdu environ un quart de litre de jus au niveau du passage de la vis dans le plateau collecteur, faudra que je pense à mettre un joint et il faudrait que je trouve des cales un peu plus grosses sinon je viens buter rapidement sur tube de PVC gris qui protège la vis.

Les demi-lunes qui vont pressées les fruits.
Premier jus de pommes du jardin.
Un litre de jus.

Pour ce premier exercice, j’ai utilisé une petite cagette de fruit, une fois broyé j’ai pu remplir le pressoir au 2/3 et j’ai récupéré un bon litre de jus.

Durant la préparation des fruits jusqu’au pressage il a fallu un peu moins de deux heures, le jus est d’une couleur assez sombre et il est très sucré.

Voila donc un petit projet utile, qui permet de recycler les pommes autrement que dans mon séchoir solaire.

Coup de vent en Berry…

Le 31 juillet 2020 nous avons essuyé un gros coup de vent, quelques arbres arrachés, des branches au sol et dans notre jardin c’est le pommier qui a été bien secoué.

Pommes secouées.

J’étais à la fenêtre après avoir mis à l’abri tout ce qui aurait pu s’envoler et je regardais les branches du pommier s’agitaient avec les fruits qui tombaient au sol. Normalement ce n’est pas encore le moment de faire les tartes car le fruits ne sont pas encore mures alors le lendemain j’ai ramassé les plus beaux pour en faire de la gelée.

Après une petite demi heure dans l’extracteur à la vapeur, j’ai récupéré 800 ml d’un beau jus, en ajoutant 700 gr de sucre j’ai pu faire 3 pots de gelée qui viendront rejoindre les confitures maison de cette année.

Gelée 2020.
Gelée de pommes, coup de vent 2020.

Crèmes au chocolat sur lit de pommes,…

Pour faire 8 petits verres comme sur la photo, j’ai eu besoin de 2 grosses pommes, un peu de sucre.

Et pour faire la crème au chocolat, 1/2 litre de lait, 100ml de crème entière, 2 œufs et un jaune, 25 gr de maïzena, 2 cs de cacao sans sucre, 100gr de chocolat noir, et 70 gr de sucre.

Faire cuire les pommes coupées en petits cubes sans les transformer en compote avec un peu de sucre pour les faire caraméliser.

Faire chauffer le lait, la crème et le chocolat.

Dans un grand bol, battre les œufs, le sucre, le cacao, et la maïzena pour qu’il n’y ait pas de grumeaux. Quand le mélange dans la casserole bout, verser dans le bol et fouetter énergiquement.

Remettre sur le feu en fouettant constamment jusqu’à épaississement et verser dans les verres où vous avez réparti les cubes de pommes cuites.

Une fois refroidi mettre au frais.

IMGP1202IMGP1203

J’ai oublié de mettre une petite goutte de whisky dans la crème au chocolat histoire de fêter le premier Mai dignement 🙂 Ce sera pour la prochaine fois.

 

Il faut manger au treizième jour,…

Je ne suis pas toujours fourré dans le sous-sol ou dans le jardin car j’ai aussi un ventre qui réclame sa dose journalière.

Et puis il y a longtemps que je n’ai pas mis de recette sur le blog.

En cette période de confinement il faut faire avec ce que l’on a sous la main, il restait des champignons de Paris et nous avons encore des pommes dans la cave.

Alors pour commencer une recette de poulet aux champignons et riz complet.

Filet de poulet et champignons au wok

Pour deux personnes:
Un gros filet de poulet
Des champignons de Paris frais
Carotte
Gingembre
Ail
huile d’arachide
Sauce soja
Coriandre ou persil
Sel et poivre

Découpez les filets de poulet en lanières.
Pelez et hachez l’ail. Épluchez et râpez le morceau de gingembre frais.
Mettez les lanières de poulet, l’ail haché et le gingembre râpé dans un saladier, puis mélangez. Couvrez le saladier avec du film alimentaire, puis placez-le au frais pendant 1 heure.
Préparez les champignons, égouttez-les bien, puis taillez-les en lamelles et taillez une carotte en julienne.
Faites chauffer l’huile d’arachide dans un wok placé sur feu vif. Faites-y revenir les lanières de poulet et la julienne de carotte pendant 5 min, en les mélangeant bien, jusqu’à ce que les lanières de poulet soient bien dorées. Ajoutez ensuite les lamelles de champignons et la sauce soja. Salez et poivrez selon vos goûts, remuez bien, puis poursuivez la cuisson pendant 5 min supplémentaires, toujours à feu vif. Pendant ce temps, lavez, épongez et ciselez les brins de coriandre fraîche ou le persil.
Quand le wok de poulet aux champignons est prêt, servez-le de suite parsemé de coriandre ciselée. Dégustez accompagné de riz basmati ou de nouilles.

IMG_3328IMG_3331

Je ne suis pas fan de la sauce soja je trouve que c’est trop salé mais faut bien varier les plaisirs.

Ensuite une petite flognarde qui a subit une petite surcuisson, comme disait mon ancien boulanger « ce n’est pas trop cuit, c’est saisi ».

Flognarde aux pommes

Fouettez 4 œufs avec quatre cuillères à soupe de sucre.
Ajoutez 5 cuillères à soupe de farine (blanche et maïzena) puis 1/4 de litre de lait.
Pelez 5 pommes et coupez les en cubes, les faire revenir dans 60gr de beurre et 2 cuillères à soupe de sucre (vanillé) pour les faire caraméliser.

Mélangez le tout et versez dans un plat beurré puis mettez au four chaud durant 3/4 d’heure.

Saupoudrez de sucre vanillé et dégustez tiède ou froid.

IMG_3333

C’est super facile à faire mais il ne faut pas mettre la chaleur tournante, car le gâteau gonfle et se rapproche un peu trop de la source de chaleur du haut.

Prenez soin de vous et lancez vous dans la cuisine.

La vie d’une pomme…

Je vous ai bassiné avec mes pommes la dernière fois, mais j’ai aussi quelques petits insectes qui profitent aussi de cette abondance de fruits, j’ai laissé quelques spécimens sur la table de jardin et ce matin j’ai pris en photo ces envahisseurs.

Le frelon asiatique est maintenant bien implanté dans la région, il concurrence son compagnon européen et en vidant les pièges que j’ai pu pu mettre cet été le pourcentage d’insectes aux yeux bridés est plus important, au moins dans les pièges.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur les images on peut voir les petites pattes jaune, son ventre orangé et sa tête noire. C’est amusant de voir que même entre eux ils arrivent à se chamailler, faire des pirouettes en vol, parfois même se retrouver cloué parterre.

Il faut rester malgré tout à bonne distance et ne pas venir les taquiner si vous voulez profiter du spectacle.

Gelée de pommes

Cette année nous avons beaucoup de pommes au jardin, nous avons bien fait quelques pots de compotes, des tartes, crumbles et voila que je me suis mis à faire quelques pots de gelées. Faut bien éplucher 4 kilogrammes de fruits pour récupérer un litre et demi de jus.

 

IMG_1545.JPG

Avant d’en arriver là, il faut extraire le jus avec cette superbe machine.

IMG_1523IMG_1527

Le principe est simple, on fait bouillir de l’eau dans le récipient du bas, la vapeur cuit les fruits qui sont dans le dernier étage, le jus coule dans celui du milieu et un tuyau permet de récupérer le liquide.

Ensuite, il faut cuire la gelée selon sa méthode préférée.

Maintenant, il nous reste la pulpe et comme chez Anatole on n’aime pas jeter, alors je recycle cela en pâtes de fruits, un petit tour dans le moulin à légumes, un petit tour sur la balance et retour en cuisson avec un peu de sucre (environ son poids). La cuisson est plus délicate que pour la gelée, il faut surveiller, touiller et ne pas se brûler car la pâte a tendance à sauter de partout.

Ensuite dépose dans un moule pour avoir une couche à peu près égale et il faut attendre quelques jours pour que cela sèche et être découpé.

IMG_1547IMG_1549

Bon, je vous le dis, c’est pas bon 😀

Enfin, c’est pas bon pour la ligne.